Les gilets jaunes

29 decembre 2018

        "Les gilets jaunes.....la réplique du séisme de 2017 ?"


 


Que va devenir ce mouvement des gilets jaunes ? Bien difficile à dire en ces dernières heures de l'année 2018. Explosion en plein vol en se heurtant à la dure réalité de "la politique"ou naissance d'une force "citoyenne" qui ne pourra exister qu'en s'insérant dans cette vie politique qu'ils décrient tant ? Je crains fort que ce soit une impasse, vues les nombreuses contradictions affichées, impasse qui risque de tourner à un affrontement suicidaire.


 


Suicidaire pour ces gilets jaunes sincères qui crient leur colère et le désespoir de leur misère sociale et culturelle profonde. Il est violent cet appel au secours, 18 mois après les scrutins présidentiel et législatif du printemps de 2017. Quel désavoeu pour la "classe politique" tous partis confondus, y compris tous les extrêmes de gauche et de droite qui courent lamentablement après les gilets jaunes ou les manipulent plus ou moins discrètement.


 


Et c'est là qu'on peut mesurer l'ampleur du "séisme" politique provoqué par la victoire d' Emmanuel Macron qui a cassé, à droite et à gauche, les partis de gouvernement et affaibli les extrêmes. D'où la violence des attaques, depuis le début de cette législature, par ceux qui n'ont pas accepté leur défaite et qui mettent en cause implicitement la légitimité du nouveau pouvoir. Thème favori des discussions dans les ronds points et repris par la demande d'un R.I.C. pour donner au peuple le pouvoir de contester les lois votées par le parlement, parlement pourtant élu selon les règles démocratiques dans un système de république parlementaire (règle de la représentativité) et de contrôler l'action du gouvernement. Dans l'histoire du XXème siècle on a appelé ce type de pouvoir "dictature du prolétariat, révolution nationale, république populaire et démocratique etc..." autant de dictatures qui au nom du Peuple ont confisqué les libertés, engendré la corruption à grande échelle au profit de la nouvelle élite et de ses soutiens actifs, sans assurer aux "gens du peuple" la prospérité promise. Personnellement, je dénoncerai toute dictature du peuple, quel que soit son drapeau.


 


La réplique à ce séisme de 2017 a été accentuée par le style de gouvernement de la macronie, qualifié par son opposition de "jupitérien" qui, fort de sa victoire écrasante, a gouverné sans chercher à s'appuyer sur les corps intermédiaires, syndicats, associations et autres forces vives du pays ; imposant ses réformes au pas de charge devant la faiblesse de la résistance à ses réformes. Et comme souvent, c'est une mesure de routine (augmenter des taxes) qui va déclencher ce mouvement de colère que très peu d'observateurs ont vu venir. Colère qui va se concentrer sur le chef de l'état et qu'il a parfois entretenu par ses propos ou son attitude : "Macron démission" et après ?


 


Le grand débat annoncé risque fort de se transformer en fiasco si les gilets jaunes refusent de se structurer au niveau national, ce qui n'est pas dans leur ADN ; voie donc sans issue. Et s'ils y arrivent, ils présenteront alors une liste aux européennes de mai prochain ; hypothèse peu probable. Ce qui ne peut que faire le jeu de LaREM au détriment en particulier de La FI. Les sondages effectués au cours de ce mois de décembre confirment tous que, si il y avait une élection présidentielle maintenant, Emmanuel Macron serait ré-élu.


 


Le problème politique de la France ce n'est pas que Macron mais aussi un lourd héritage et l'absence d'une alternance politique crédible : le PS et Les Républicains n'étant pas en mesure de gouverner actuellement, la voie est ouverte au R.N. Si Marine Le Pen passe la main. Par contre, si le président Macron reprend la main par des mesures fortes qui ne portent pas préjudice aux grandes réformes nécessaires, il sera alors en mesure d'envisager un second mandat. On en aura une idée au scrutin des élections européennes de mai prochain.


 En attendant, la situation politique de la France est entrée dans une zone de turbulences dont on peut craindre les pires méfaits pour la paix civile, la concorde nationale et notre démocratie. "Drouet" sera-t-il la connexion entre Mélenchon et Marine Le Pen pour les mener à la victoire électorale comme on l'a vu en Italie ou ailleurs ? Un comble pour le pays des Droits de l'Homme.